3 préjugés douloureux sur les couples mixtes


La mixité en couple, La mixité en société / mardi, août 7th, 2018
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tous les couples mixtes n’ont pas à subir de remarques désagréables de la part de leur entourage plus ou moins bien informé. Mais quand c’est le cas, les préjugés peuvent faire mal…

Aujourd’hui, je m’intéresse à 3 d’entre eux. Nous en verrons sans doute d’autres plus tard. N’hésitez pas à laisser en commentaire ceux qui vous ont été adressés!

Précision : le préjugé n’est pas un stéréotype

Non, ces deux mots ne sont pas tout à fait synonymes! On les confond souvent parce qu’ils vont de pair, mais ils ne jouent pas exactement dans la même catégorie.

préjugé
Designed by Freepik

Les stéréotypes sont un “ensemble de croyances que les membres d’un groupe entretiennent sur eux-mêmes ainsi que sur les autres groupes“. Ils ont pour fonction de catégoriser et expliquer le monde qui nous entoure (cliquez ici pour une analyse plus détaillée).

Les préjugés, eux, sont une “opinion adoptée sans examen, souvent imposée par le milieu, l’éducation” nous dit le Larousse. Ils sont donc du domaine de l’attitude, c’est-à-dire du jugement binaire j’aime/j’aime pas.

Les stéréotypes engendrent des préjugés. Par exemple, je n’aime pas telle personne, que je ne connais pas, parce qu’elle est étrangère (et qu’on m’a inculqué plein de stéréotypes négatifs sur les étrangers).

Les préjugés sont donc les jugements énoncés a priori sur une personne ou une catégorie de personnes en fonction de ce que les stéréotypes appris tout au long de notre vie nous dictent inconsciemment.

Il est plutôt rare que les personnes énoncent des stéréotypes en guise d’opinion, mais il est très courant de parler par préjugés, car on ne se rend pas forcément compte de ce qui sous tend notre jugement spontané sur quelqu’un.

Et ça peut faire très mal à celui qui écoute.

broken-heart
Copyright Alex Bruda

N°1: Tu es sûre qu’il n’est pas avec toi que pour les papiers?

préjugés mariages blancs
Photo de Benoît Derrier

Les fameux mariages blancs… ou gris!

Qu’est-ce que c’est?

“Un mariage blanc appelé également mariage de complaisance est une union frauduleusement contractée sans intention matrimoniale. Les futurs époux cachent le réel motif de leur union. Dans la grande majorité des cas, l’obtention d’un titre de séjour prolongé en France motive cet acte qui dénature le mariage.
On parle de mariage gris lorsque le conjoint de nationalité étrangère dissimule ses vrais sentiments et trompe ainsi son conjoint en lui faisant croire à un réel amour.”

N°704 Assemblée Nationale – Proposition de loi du 28 février 2018

Petit tour d’horizon

Depuis 2006, les lois sur les mariages mixtes ne cessent de se durcir afin de détecter ces mariages frauduleux. En février 2018, les députés ont encore soumis une nouvelle proposition allant en ce sens. Ils estiment à plusieurs milliers par an les mariages blancs et gris.

Pourtant, de leur propre aveu, “nous ne disposons pas en France de statistiques à ce sujet.” Sur quoi se basent-ils alors? 

Sur le fait que les mariages mixtes ne cessent d’augmenter en proportion.  Certes, mais essentiellement parce que le nombre de mariages baisse en général, sauf les mariages mixtes. Pourquoi n’y a-t-il pas moins de mariages mixtes? Parce que le mariage est le seul statut qui permette au conjoint étranger d’obtenir une carte de séjour, voire la nationalité. Le PACS n’y donne pas droit, donc on se marie si on veut avoir la possibilité de rester ensemble.

Sur le fait que 21% des cas de naturalisation se font par le biais du mariage. Le mariage mixte est donc loin d’être la première cause d’obtention de la nationalité française… Alors pourquoi autant craindre les mariages frauduleux, que l’on ne sait même pas chiffrer ?

Parce que la loi, telle qu’elle existe aujourd’hui, permet aux couples de se marier même si l’étranger est sur le territoire de manière illégale. Il existe des réseaux mafieux qui organisent la venue d’étrangers illégaux et leur mariage blanc. L’argent échangé est énorme. Il s’agit pour les députés de traite humaine. Et c’est cela qu’ils combattent. Ainsi que l’arnaque sentimentale des mariages gris.

Assemblée Nationale – Photo: Jari Kurittu

Les conséquences pour les couples mixtes non frauduleux

S’il me semble légitime de combattre les fraudes qui abusent des êtres humains à différents niveaux, cette lutte a malheureusement des répercussions sur tous les couples mixtes.

Parce que les mariages gris sont difficiles à repérer (et les fonctionnaires pas formés à les reconnaître), tous les couples mixtes sont a priori suspectés, afin d’écarter ce risque. On se surprend alors à avoir peur des rendez-vous administratifs, qu’ils concernent le mariage, le titre de séjour ou tout autre démarche. Comme s’il fallait sans cesse justifier son honnêteté, prouver son amour pour avoir le droit de le vivre. 

Et parce que ces mariages gris sont particulièrement douloureux (de par la trahison ressentie), personne n’a envie qu’un proche en soit victime. La méfiance est parfois de mise. On en vient à entendre ce genre de remarques “pour ton bien”: “T’es sûre qu’il n’est pas avec toi juste pour les papiers?” Ce préjugé n°1, ne laisse pas indemne.

Car lorsque la question est posée au début de la relation, elle laisse s’immiscer le doute! Nous voilà à retourner la question dans tous les sens: “Serait-il possible que l’autre ait raison? Que je me fasse manipuler? Qu’il (elle) ne m’aime pas? Qu’il (elle) n’en ait en fait qu’après le titre de séjour? Comment être sûr(e)?

S’en suit une période, plus ou moins longue, de remise en cause de la relation. Cela peut se faire à travers l’observation silencieuse et méfiante, ou bien par des questions intempestives voire agressives. Dans un cas comme dans l’autre, la relation est mise à mal. Et lorsqu’on réalise que oui, il y a bien amour, on se sent sale d’avoir soupçonné l’autre (même si on ne lui a rien dit).

Et là je parle du couple, mais ça peut tout aussi bien se passer entre le conjoint étranger et sa belle-famille, compliquant à loisir les relations…

honte
Designed by Freepik

Si vous avez envie de poser cette question à un(e) ami(e), mordez-vous la langue et repensez à cet article. Au lieu d’aider votre ami(e), vous risquez de lui faire mal.

Si vous suspectez un abus de confiance, observez avant de parler. Le manque d’amour réel se voit chez un couple mixte comme chez un autre. Et comme pour tout couple, le manque d’amour doit être abordé avec beaucoup de précautions. Les personnes qui vivent un mariage gris ne sont pas forcément prêtes à l’entendre. Si vous doutez, cherchez conseil auprès d’un professionnel.

Mais s’il-vous-plaît, ne lâchez pas cette phrase – bombe “juste au cas où”.

N°2: Ton mec, là, il est riche au moins?

Question posée par des Africain(e)s à une Africaine en couple avec un blanc. 

Quand on est en couple avec quelqu’un par amour, cette question fait doublement mal.

Une vraie coupure entre la personne qui la pose et nous

Formulée ainsi, cette question laisse penser que pour son auteur, l’unique raison qui pourrait nous absoudre d’avoir choisi un blanc, c’est qu’il ait de l’argent. Par extension, cela sous-entend qu’une noire devrait justifier d’être avec un blanc, et que l’amour n’est pas une justification suffisante.

Pour une personne qui s’est mariée par amour, cela ressemble à une attaque. On nous fait sentir que nous nous octroyons un droit inexistant.

Un jugement moral

Ensuite, cette question est douloureuse parce qu’elle sous-entend que l’on est une personne intéressée, qu’on est en couple avec quelqu’un pour en tirer avantage. En un mot, que l’on est ce que l’on appelle « vénale. » Et quand ce n’est pas le cas, ça fait mal d’en être soupçonnée, on se sent salie.

jugement

Parfois même, quand on n’a pas confiance en soi, on fait sienne la suggestion empoisonnée et on commence à se demander s’ils n’auraient pas un peu raison, ces gens-là. Si quelque part on n’est pas contente d’être avec quelqu’un qui gagne bien sa vie (en admettant que ce soit le cas, bien sûr). Surtout quand on n’a pas roulé sur l’or avant. Alors on se juge.

Ou alors, on lutte contre cette idée, perdant une énergie précieuse à se démontrer à soi-même (et parfois aux amis proches) que ça n’est pas le cas. On prend l’idée pour soi, alors qu’elle appartient à quelqu’un d’autre, qui a ses raisons de penser ainsi.

Mais pourquoi ne pourrait-on pas être heureuse du confort quotidien que nous apporte cette relation avec une personne plus aisée financièrement que nous ? Et si on vivait la gratitude ? Une gratitude bien dosée, ni trop, ni trop peu. Celle d’être avec quelqu’un qui nous aime et qui est généreux dans sa relation.

Reconnaître ce que l’on reçoit, sans en faire une obligation pour l’autre, ni une dette pour soi. L’autre nous donne dans la mesure de ce qu’il peut. Ça ne se mérite pas. Ça n’est pas une obligation. C’est une conséquence de l’amour que l’on se porte.

gratitude
Designed by Freepik

Le cliché, et autres raisons

Et puis, quand on nous pose cette question et que notre homme, non, il n’est pas riche, elle fait mal quand même. Cette fois, on souffre de voir notre moitié affublée d’un cliché et par ricochet, d’être classée dans la catégorie des filles qui cherchent l’argent alors que c’est pour nous évident que non…

Cette question est douloureuse encore pour de nombreuses raisons. Parce qu’elle fait se confronter deux conceptions du couple qui cohabitent mal : l’union d’amour et l’union de raison. Parce qu’elle touche à l’argent, question souvent très épineuse en couple. Parce qu’en toile de fond, elle touche au rapport de domination entre groupes culturels.

Nous en reparlerons!

N°3: Ils sont pas assez bien pour toi les Français?

Autre question franchement indélicate! Est-ce qu’on vous demande si les Alsaciens ne sont pas assez bien pour vous quand vous vous mariez à un Auvergnat? (Si ça se trouve, on vous le demande 🙁 )

Ce préjugé suppose trois choses:

  • Vous avez épousé un étranger par dépit.
  • Vous ne savez pas reconnaître tout ce que votre pays vous offre de bon. Vous préférez la “marchandise étrangère.”
  • Il existe une entité “les Français.”

Comment rencontre-t-on un étranger?

Sous-entendre que l’on est avec quelqu’un par dépit, c’est dire que l’on s’est “rabattu” sur ce qui restait, ici: un étranger. C’est une idée bien éloignée de la réalité!

Je serais intéressée de savoir comment vous en êtes venus à épouser un étranger (commentez!!!). Personnellement, je pense que c’est à la fois une question de réseau et de curiosité culturelle

Un couple, c’est avant tout une rencontre. Et pour rencontrer quelqu’un, il faut déjà pouvoir avoir accès à des personnes hors de la famille susceptibles de nous plaire. Souvent, les rencontres se font pendant les études, au travail, au mariage d’un autre, ou autre événement social.

Il suffit de faire des études tournées vers l’international, ou simplement de partir en ERASMUS pour que le panorama s’élargisse grandement. Pareil si l’on décide de partir comme volontaire international, ou expatrié. Les chances augmentent de tomber amoureux(se) à l’étranger et d’un étranger. D’ailleurs, plus de la moitié des mariages mixtes sont célébrés à l’étranger.

Pour certains (encore nombreux), c’est par la famille étrangère d’un parent immigré que l’on trouve son bonheur.

Dans tous les cas, le réseau ne suffit pas. Faut-il encore être curieux de la culture de l’autre pour former un couple à l’issue d’une rencontre plaisante (voyez ici pour voir les 5 ingrédients indispensables à un couple mixte épanoui).

Pourquoi comparer étrangers et Français est malvenu et impossible

Comparer et hiérarchiser sont des réflexes aussi inconscients que néfastes quand il s’agit d’êtres humains. Que l’on compare et hiérarchise la taille de fruits rouges, ok. Mais quand on compare nos enfants, nos collègues, nos amis, nos maris, nos femmes… on abîme nos relations avec eux, et leur relation entre eux. Parce que personne n’aime être en-dessous. C’est vraiment un réflexe à travailler!

De toutes façons, il n’existe pas d’entité “les Français” plus consistante que ceux qui disposent de cette nationalité. Au sein de cette catégorie rassemblant environ 67 millions de personnes, la diversité est de mise! Pareil pour la catégorie “étrangers” qui rassemble le reste du monde! Comment pourrait-on comparer quoique ce soit?

Si je me mets à comparer des catégories si vastes, je ne peux le faire qu’à grand renfort de stéréotypes. On tombe alors très vite dans le préjugé et le jugement moral.

En fait, si je choisis un étranger, ce n’est ni par dépit ni parce que je méprise les Français. C’est parce que je l’ai rencontré par mon réseau et que je suis assez curieuse d’une aventure interculturelle pour tenter le coup (et réciproquement)La personne était là au bon moment et au bon endroit. Pourquoi faudrait-il justifier?

réseau
Designed by ddraw / Freepik

Certes, la différence peut en gêner certains. Mais nous n’avons pas à porter ça pour eux. On peut par contre les inviter à se demander d’où provient leur gêne (sans qu’ils aient à nous expliquer, juste un questionnement pour eux-mêmes).

Merci d’avoir lu! Ecrivez dans les commentaires les préjugés qui vous ont fait mal, ou comment vous avez rencontré votre moitié!


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages
  • 7
  •  
  •  
  •  

4 réponses à « 3 préjugés douloureux sur les couples mixtes »

  1. Très bon déroulé de la différence et de la concomitance des deux termes, stéréotypes et préjugés.
    Très bonne explication du stéréotype n°1
    Pour les stéréotypes n°2 & n°3, tes approches me rappellent celle de Franz Fanon “Peau noire et masque blanc” sur le côté suprématie de la couleur blanche, de s’y vouloir fondre (pour ceux qui ne l’ont pas) comme une quête du Graal pour accéder à un statut social (historique) “supérieur”.
    J’aime beaucoup l’aspect curiosité (interculturelle) réciproque et surtout l’alignement des planètes de deux personnes qui se rencontrent “au bon moment, au bon endroit”
    Merci pour cette juste réflexion.

    1. Merci pour ce commentaire AlYa! Effectivement, il y a beaucoup à dire sur les rapports entre peaux blanches et noires… et l’Histoire qui les explique. Je ne connais pas Franz Fanon, je vais aller voir car cela a l’air très intéressant! Merci de ce partage!

  2. Je me suis vraiment retrouvée dans votre article, il est vraiment très complet.
    J’ai moi meme fait face à ces stéréotypes, paroles très blessantes en effet et personnellement je me suis mise sous globe par moment pour ne plus les entendre. Une fois ça va, deux fois ça devient dur, et ça peut aller jusqu à 50 fois.
    Ce que j’ai remarqué c’est que toutes les personnes ne comprennent pas malgré les explications fournies et qu’au final nul n’a à se justifier de son choix.
    J’ai fêté mes deux ans de mariage, j’ai un homme extraordinaire malheureusement nous ne vivons pas encore ensemble à cause des conditions qui en effet se sont fortement durcies en matière de demande de visa.
    Nous savons tous les deux que c’est une question de patience mais lorsqu on a attendu plus de 36 ans pour trouver enfin sa moitié et fonder une famille unie, on n’a envie que d’une chose, vivre ensemble.
    Merci pour cet article, j’aurai du le lire avant de me marier, cela aurait aidé à me préparer psychologiquement à tout cela.
    Les couples mixtes sont pour moi une force et non une tare.

    1. Tout à fait d’accord, la mixité est une richesse! Mais tout le monde n’est pas capable de le voir ainsi, car souvent, la peur s’en mêle. Et les stéréotypes sont ancrés en nous. Il faut de la volonté pour les dépasser. Encore une fois, tout le monde ne l’a pas et certains préfèrent la sécurité de ce qu’ils connaissent (ou croient connaître). Cela les empêche d’aller vers l’autre.
      Il faut surtout se rappeler que nous pouvons être déclencheur du jugement de l’autre, mais nous n’en sommes pas responsable. Ce qu’ils pensent leur appartient et parle d’eux, pas de vous. Mais je comprends votre douleur et votre fatigue face à ce genre d’attaques renouvelées…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *