Auto-apprentissage: apprendre pour soi, par soi ou sur soi?


Réfléchir sur soi pour grandir ensemble / mercredi, avril 24th, 2019
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cet article participe à l’Evénement “l’auto-apprentissage” du blog Chien Ludique dont j’apprécie beaucoup cet article. Moi qui parle mal chien, j’ai beaucoup appris! 😉

A vrai dire, en lisant l’article de Leïla, je me suis dit que décidément, tout dans la vie humaine est relation, et que toute relation nous invite à nous décentrer, pour entrer en communication sereine avec l’être en face. Et ce, qu’il soit humain ou animal. Alors j’ai eu envie de participer à son événement inter-bloggueurs qui nous invite à partager notre expérience sur “l’auto-apprentissage”:

le fait d’apprendre par soi-même, de hacker des connaissances, d’oser expérimenter, d’être son propre mentor !

https://chien-ludique.fr/?s=apprentissage

Mais en y réfléchissant d’un peu plus près, j’ai eu envie d’élargir sa définition de l’auto-apprentissage, en fonction de mon expérience personnelle. Voyez plutôt, et dites-moi ce que vous en pensez!

Apprendre pour soi

Il n’est pas évident pour moi de savoir ce que j’ai appris. Mon syndrome de l’imposteur n’est jamais bien loin… J’adore apprendre et j’ai fait des études assez longues et variées, et depuis que je travaille, j’ai aussi suivi plusieurs formations en ligne.

Ces dernières appartiennent à la catégorie “auto-formation”. Elles demandent un investissement personnel en temps, réflexion, et argent. Il n’y a pas de professeur physique en face de soi et personne sur votre dos pour vous rappeler à l’ordre si vous êtes en retard sur le programme.

Elles demandent donc une vraie motivation intrinsèque. Pour les réussir, il faut porter un vrai intérêt au thème étudié. Comme on choisit soi-même, c’est assez facile d’être motivé! 😉 L’investissement financier permet aussi de se booster soi-même, car on n’a pas envie de “perdre son argent” (donc, inutile de pester contre les formateurs qui vous font payer, c’est utile car cela vous implique de fait).

Avec ces auto-formations, j’ai bâti et/ou renforcé des connaissances dont j’avais besoin. Dans ce processus, j’ai appris pour moi. Pour grandir en tant que personne, que professionnelle. J’ai ainsi découvert la parentalité bienveillante, le blogging, l’enseignement de l’anglais pour les grands et les petits, la gestion collective… que sais-je encore!! J’ai adoré ces expériences et ne compte pas m’arrêter bientôt de pratiquer!!!

En un sens donc, je peux dire qu’elles font partie de mon processus d’auto-apprentissage: c’est moi qui les ai choisies, en fonction de mes besoins personnels et professionnels. C’est moi qui les ai suivies jusqu’au bout (ou pas), qui les ai assumées financièrement et au niveau du temps. Pour moi, elles font partie intégrante de mon parcours d’apprentissage autonome.

Apprendre par soi

Mais il existe une autre forme d’auto-apprentissage, à laquelle je pense que Leïla se réfère plus spécifiquement dans son carnaval d’articles. Il s’agit de la découverte par soi-même, par la pratique, l’expérience. Tout le monde y a accès et c’est la raison pour laquelle tout le monde a quelque chose à apprendre de l’autre et à l’autre.

Certains auront appris à élever des animaux, d’autres à bidouiller l’informatique ou à cuisiner… Certains iront loin dans l’apprentissage, d’autres s’arrêteront au niveau basique. Personnellement, j’ai appris à faire du crochet toute seule, et c’est un loisir qui me relaxe beaucoup. Mais ce n’est pas de cela que j’aimerais vous parler ici.

En fait, je crois que mon plus grand terrain d’auto-apprentissage, c’est ce que je vous expose tout au long de mes articles: l’art des relations humaines, et en particulier les relations inter-culturelles.

Attention, ne me faites pas dire ce que je ne pense pas 😉 Je ne suis pas encore passé maître de cet art. Mais c’est ça qui rend le thème intéressant: tous les jours, j’apprends! Tout le temps, partout et de tout le monde. Car l’art de la relation est omniprésent. Nous sommes relation au monde, aux autres, à soi. Et pour quelqu’un comme moi, en recherche d’harmonie, tout est occasion d’apprentissage en la matière.

Ainsi, j’ai commencé par apprendre, en voyageant puis dans mon couple mixte. J’ai appris l’art de parler des langues différentes, de confronter des réalités différentes, des attentes différentes, des façons de penser et de vivre différentes. J’ai appris durement ce qu’impliquent les positions internationales de nos pays (et leur passé) dans une relation interculturelle. J’ai appris les a priori, stéréotypes, préjugés, qui nous construisent et nous freinent à la fois.

Je m’arrête là car la liste est trop longue. Je préfère vous inviter à parcourir mon blog. Vous pourrez y découvrir en détail ce que j’ai appris sur l’art des relations, mixtes mais pas seulement. Surtout, n’hésitez pas à commenter et à poser des questions!

Apprendre sur soi

Un dernier aspect très important de l’auto-apprentissage pour moi, c’est la réflexion sur soi qu’il rend possible.

Parce que l’on est en démarche d’apprentissage, parce que l’on cherche à résoudre quelque chose qui nous tient à cœur, parce que nous essayons et nous ratons, puis nous essayons et nous réussissons, parce que nous acceptons que nous avons des choses à apprendre… Alors, nous sommes dans une position ou le décentrage et la prise de recul sont rendus possibles. Et c’est cela qui nous permet de partir à la découverte de nous-mêmes.

Pour ma part, je pense que c’est parce que ce phénomène existe que j’aime tant apprendre de nouvelles choses (et que j’aime tant me confronter à la différence). Non seulement parce que je comprends mieux le monde dans lequel je vis, mais parce que je me comprends mieux moi-même.

Comprendre me permet de mieux accepter. Mieux accepter me permet de mieux aimer. Aimer me permet de vivre plus heureuse. Être plus heureuse me permet de mieux accepter.

Alors, qui relève ses manches et m’accompagne dans l’aventure de l’auto-apprentissage à vie??? A vos claviers, j’attends vos commentaires sous cet article!!!


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 réponses à « Auto-apprentissage: apprendre pour soi, par soi ou sur soi? »

  1. Comme il est plaisant de lire tant de positivisme.
    Pour ma part, je me suis lassée d’apprendre (en souhaitant que ce ne soit que passager) ; je veux ainsi dire que personnellement, j’ai beaucoup appris au travers du relationnel et des interactions (humaines notamment) et par la lecture et auto-formation.
    Mais quid de l’enrichissement personnel lorsque tous les efforts produits et le temps investi ne sont ni exploités ni valorisés et qu’alors tel un soufflé ou un feu de paille on demeure avec le sentiment de l’inutilité ?
    Où puiser la force de se mobiliser pour avancer encore ?
    Amicalement et encore tout du bon pour tes articles fort intéressants.

    1. Peut-être qu’il est déjà enrichissant de se rendre compte que l’on a été capable de mener au bout une formation complémentaire alors que l’on travaillait? Parfois, c’est juste ça l’enrichissement: se lancer un défi et être capable de le relever. Que la société te reconnaisse le fruit de ton travail ou non, c’est déjà énorme d’avoir réussi.
      Regarde tout ce que tu as appris sur le thème étudié mais aussi sur toi: ta capacité à mener à bien le projet jusqu’au bout, avec ou sans difficultés (pour moi, y arriver au prix de difficultés est encore plus important, car tu auras dépassé plus de peurs et de limites que celui pour qui s’est facile), les capacités que tu t’es découvertes, les limites aussi que tu as remarquées.
      Après, si ta formation ne t’a pas permis de bifurquer comme tu le souhaitais, pose-toi des questions: est-ce que ce que tu avais choisi correspondait bien à un désir profond, à ta personnalité, à tes projets? Est-ce que ce n’était pas une première étape pour te prouver que tu es capable, et maintenant, il te faut trouver en toi ce qui te motive, te fait rêver??
      Je te souhaite de te reconnecter avec cette flamme d’enthousiasme qu’entraîne tout apprentissage et tout nouveau projet!! Amicalement, et bon courage!

  2. Merci pour cet article !

    Je pense aussi que dans la vie, tout est relation… C’est par la relation aux autres et au monde (mais aussi à soi) qu’on évolue.

    C’est aussi vrai pour l’éducation canine 😉

    1. Je veux bien te croire pour l’éducation canine! Quelle belle façon de se décentrer que d’éduquer un animal!! Personnellement, je n’y suis pas arrivée avec mon dernier chien et j’ai dû m’en séparer. Je me suis jurée de me former pour comprendre leur fonctionnement avant d’en avoir un autre, un jour. Alors tu vois, ton site m’intéresse!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *