En couple, mon amour!


La mixité en couple / mercredi, août 15th, 2018
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui je vous offre un article (relativement) court car le temps me manque! Je l’écris à la demande de certains d’entre vous qui voulaient approfondir un peu plus ce que les différentes visions de couple peuvent générer au sein d’un couple mixte.

Un très bref rappel

Voici les différentes unions dont nous avons parlé dans l’article “Le couple, une évidence?”:

  • Le mariage d’amour, dominant en Occident depuis les années 1960 seulement (mais en gestation depuis très longtemps)
  • Le mariage arrangé, qui existe toujours en Occident et est largement dominant dans certaines cultures d’Asie et d’Afrique. On y trouve une sous-catégorie très dérangeante: le mariage forcé.
  • Le mariage de convenance, qui cherche à donner une apparence convenable à une situation hors normes (grossesse extra-conjugale, par exemple).
  • Le mariage de raison, qui sont des unions fondées non sur l’amour initial mais plutôt sur des critères internes explicitement identifiés par la personne.

Je parle ici de mariage parce que c’est l’institution qui reflète le mieux les diverses logiques derrière les unions. Mais on peut aussi bien avoir des couples libres ou pacsés basés sur l’amour, la raison et la convenance. Cependant, lorsque l’on parle d’arrangement, on parle généralement de mariage car il y a l’idée de contrat entre deux familles. Une union libre ne convient pas dans ce cadre. Je n’aborderai pas les mariages mixtes arrangés car je ne dispose pas d’assez d’informations sur ce sujet encore.

Les couples mixtes sont en général des couples d’amour, où parfois intervient la raison ou les convenances.

Une histoire…

Imaginons un couple franco-nicaraguayen (c’est ce que je connais le mieux Winking smile ).

Lui a une cinquantaine d’années, elle en a la moitié. Ils se sont rencontrés lors d’une fête à l’Alliance française de Managua, où elle étudie le français. Ils ont discuté, la conversation était agréable. Lui l’a trouvée ravissante. Elle l’a trouvé intéressant. Ils ont échangé leurs numéros.

couple amoureux
Designed by rawpixel.com / Freepik

Ils se revoient. Il l’invite à chaque fois (il connaît les coutumes locales). Il est en train de tomber amoureux. Il sait que ce n’est pas raisonnable, qu’il a le double de son âge, mais c’est comme ça, elle lui plaît vraiment beaucoup.

Elle, elle voit bien qu’elle lui plaît, qu’il semble même assez passionné. Cela la flatte, qu’un homme de sa prestance s’intéresse à elle comme ça. Qu’il la trouve à son goût. Et puis, elle apprécie les égards qu’il a envers elle. Cela la change des machos avec lesquels elle a eu des histoires jusqu’à maintenant. Mais elle ne ressent pas d’attirance physique pour lui. Il n’est pas repoussant, non, loin de là. Simplement, elle n’a pas le déclic, cette petite électricité qu’elle aime tant ressentir dans son ventre quand la personne l’effleure ou se rapproche. Avec lui, elle ne l’a pas. Alors elle se sent mal. Mais elle continue à le voir, car pour le reste, ça se passe très bien.

Leur histoire se poursuit ainsi. Ils finissent par faire l’amour. Pour lui, c’est le bonheur de la tenir dans ses bras. Pour elle, c’est difficile, elle se sent un peu hypocrite. Ce n’était pas désagréable, elle ne s’est pas forcée. Mais elle n’a pas ressenti cette attirance passionnée dont elle a fait connaissance avec d’autres et qui lui plaît tant.

Très vite, il la demande en mariage. Il n’a pas envie de la laisser partir. Et il pense qu’une fille aussi belle et intelligente, il ne pourra pas l’avoir pour lui très longtemps s’il ne formalise pas les choses.

Pour elle, c’est la surprise. Elle ne pensait pas qu’ils en seraient là si vite. Mais elle dit oui. Même si la passion n’est pas là, elle se sent bien avec lui. Il la rassure, la fait se sentir belle et intéressante. Il est doux. Il a de quoi subvenir aux besoins des deux sans même qu’elle travaille, ce qui la rassure vu le contexte économique du pays. Il est encore assez jeune pour fonder une famille.

alliances
Designed by freepic.diller / Freepik

La fête a lieu. C’est gai, tout le monde les félicite. Mais derrière leur dos, les gens parlent.

Ils jugent leur différence d’âge et accusent la jeune fille de profiter de son époux, de n’être intéressée que par son argent, son statut ou sa nationalité. Ils pensent que lui se fait avoir, qu’il est aveuglé par sa passion et qu’il ne voit pas qui il a vraiment en face. Ils sont persuadés que sa femme ne l’aime pas. Ce n’est pas possible, elle est trop jeune pour lui.

Quand amour et raison peuvent rimer

En réalité, lui a fait un mariage d’amour, et elle, un mariage de raison. Quelle est la différence entre les deux? La présence ou l’absence d’une attirance physique forte au début de la relation, d’un sentiment amoureux passionnel.

Est-ce un déséquilibre grave?

Le modèle dominant en Occident d’un couple fondé sur l’amour mutuel et passionné a tendance à dénigrer les mariages de raison. Parce que la lutte a été longue et dure pour arriver à avoir la permission de se marier par amour, on en a fait le modèle unique, le seul valable.

Pourtant, les études montrent que les mariages de raison et les mariages d’amour se retrouvent très vite au même point. L’amour passionnel doit muter pour durer, et les deux types de couple se retrouvent alors avec les mêmes problématiques, aussi bien dans le partage du quotidien qu’au niveau sexuel.

Ainsi, dans le cas qui nous occupe, ce couple peut très bien arriver après quelque temps à une relation homogène et mature. Le fait que l’un d’entre eux ait fait un mariage de raison peut même aider à une transition plus aisée lorsque la passion de l’autre s’efface.

Lorsque l’on a en tête le mariage d’amour, on est prompt à juger celui qui se marie par raison. Mais au final, tous les mariages d’amour tiennent dans la durée parce qu’ils deviennent raisonnés: c’est une décision que l’on prend tous les jours de faire durer notre couple. C’est une décision de rester ensemble lorsque la passion s’efface et que ne semble rester que le quotidien à partager.

Il se trouve ici que la jeune femme a fait le choix dès le début de faire durer ce couple malgré l’absence en elle de passion (qui n’est pas l’absence d’affection). Son mari, lui, n’aura à faire ce choix que lorsque son attirance passionnée aura diminuée.

Alors, y a-t-il vraiment “déséquilibre” ou simplement, “différence de vécu”?

Que se passe-t-il si l’homme s’en rend compte?

Franchement, cela m’étonnerait qu’il n’en soit pas conscient dès le début. Il a l’expérience de vie que lui apporte son âge et il peut discerner que, si sa femme n’est pas aussi amoureuse de lui que lui d’elle, elle ne reste pas avec lui que pour son statut ou sa nationalité. Car ils partagent des intérêts et des valeurs. Ils peuvent faire des projets ensemble. Elle lui démontre de la tendresse. Donc, au fond de lui, il sait qu’il ne “se fait pas avoir.”

Par contre, il peut y avoir souffrance lorsque l’entourage s’en mêle.

médisance
Designed by Peoplecreations / Freepik

Si quelque faux ami commence à accuser sa femme d’être une intéressée, ou si on lui demande à elle de se justifier d’être avec un homme du double de son âge… En clair, à partir du moment où les jugements leur sont communiqués directement, la situation peut se transformer.

Le jugement est un vrai poison qui peut instiller le doute, le ressentiment, là où il y avait un équilibre, un accord tacite. Là où l’homme sentait qu’il y avait un lien affectif malgré une donne de départ différente, il peut commencer à tout relire en cherchant la preuve de la “trahison” de sa femme. Pour peu qu’il n’ait pas grande confiance en lui, cela peut faire de grands dégâts. Quant à elle, elle peut commencer à se questionner, à se demander si elle a bien fait de céder à la raison, dénigrant ainsi toute l’affection qu’elle ressent effectivement pour son conjoint, et tout ce qu’ils ont partagé jusque-là.

Oui, il existe des mariages (mixtes ou pas) dans lesquels l’un des conjoints ne se marie pas par amour. Mais n’allons pas crier à l’abus de confiance dès lors que l’un n’affiche pas la même passion que l’autre.

Dans certaines cultures, il est très malvenu d’afficher ses sentiments et certaines personnes maîtrisent l’art de les dissimuler. Alors que nous ne maîtrisons pas toujours l’art de décrypter ces personnes-là!

Dans d’autres lieux, le mariage avec un étranger représente la seule alternative des femmes pour ne pas subir un machisme écrasant, un mariage forcé, des enfants trop jeune ou des maladies sexuellement transmissibles… Alors certaines se font un devoir de trouver chaussure à leur pied dans cette petite niche, quitte à ne pas se marier par amour mais par raison. Est-ce à dire qu’elles abuseront nécessairement du mari? Est-ce forcément une trahison? N’essayeront-elles pas de le rendre heureux? Cela dépend.

Il est vraiment essentiel de savoir écouter, observer et se taire. C’est avec le temps et en connaissant bien la situation du couple que l’on peut se rendre compte de la réalité d’un abus de confiance. Attention aux jugements rapides et destructeurs!

Un mariage mixte de raison ou de convenance

Un exemple de mariage mixte de raison

Sans doute cela ne représente-t-il qu’une minorité des mariages mixtes. Mais l’on trouve sur les forums des témoignages de personnes ayant épousé quelqu’un d’un autre groupe culturel (et d’une autre religion, mais de même nationalité) pour échapper à un mariage arrangé dont ils ne voulaient pas. Pour ne pas froisser leurs parents en refusant un arrangement qui leur convenait, ils ont préféré faire ainsi.

Un exemple de mariage mixte de convenance

Il peut également exister des couples mixtes qui se sont fréquentés, se sont plus, mais n’envisageaient pas de faire leur vie ensemble… avant qu’un enfant ne décide d’en naître. Raison et convenance ont alors poussé les parents à se marier pour offrir à l’enfant un foyer où grandir.

Le modèle amoureux n’est pas le même pour tous

L’immense majorité des couples mixtes dit s’être marié par amour mutuel. Cependant, même dans ce cas, la vision du couple amoureux peut grandement varier. Car nous n’avons pas tous la même hiérarchie des valeurs.

Le modèle occidental du couple d’amour présuppose certaines valeurs :

  • Amour passionnel (fondateur)
  • Fidélité et monogamie
  • Consentement mutuel
  • Partage de valeurs
  • Respect
  • Egalité entre les conjoints
  • Honnêteté, sincérité
  • Développement personnel de chaque conjoint, et des enfants s’il y en a.

Mais ces valeurs n’ont pas forcément la même importance partout, ni la même signification.

Designed by Freepik

En Amérique latine et en Afrique par exemple, la fidélité n’a pas la même importance selon que l’on est une femme ou un homme. Si l’infidélité peut être acceptée comme une “fatalité masculine” dans certains groupes culturels, il est bon de le savoir avant lorsque l’on est soi-même très attachée à la fidélité!

Le consentement mutuel est très occidental. Dans la majorité des pays, la hiérarchie au sein du couple (homme en haut, femme en bas) est tellement intégrée que l’on ne se pose pas la question du consentement mutuel. L’homme a l’habitude qu’on lui cède. Pour les mêmes raisons, l’égalité des conjoints est loin d’être une évidence.

L’honnêteté et la sincérité sont des réalités à géométrie très variable suivant que l’on est dans une culture qui favorise la communication implicite ou explicite. Et en fonction de la place de la femme également. Tous les maris n’auront pas envie d’avoir des discussions philosophiques ou intimes avec leur épouse. Pour l’anecdote, je me rappelle avoir été très très étonnée lorsque j’ai découvert que ma belle-mère préférait parler de ses sentiments et vision des choses sur son couple avec moi plutôt qu’avec son mari! Ils ne parlent tout simplement jamais de cela! Et pourtant, ils sont ensemble depuis 40 ans!

Enfin, le développement personnel peut n’avoir absolument aucun sens dans certaines cultures collectivistes! Pour parler de développement personnel, il faut déjà que notre individualité soit au moins aussi importante que notre appartenance au groupe social. Et ce n’est pas le cas partout.

En conclusion, rappelons-nous toujours que nos présupposés sont des présupposés 🙂 Ils nous permettent d’avancer dans la vie mais ils sont susceptibles de bouger, d’être remis en cause par le vécu de l’autre. Au sein du couple et avec nos enfants, nous le voyons tous les jours.

Merci d’avoir lu! N’hésitez pas à débattre de tout cela dans les commentaires!


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages
  • 6
  •  
  •  
  •  

3 réponses à « En couple, mon amour! »

  1. Bonsoir.
    Tu développes l’idée que le modèle amoureux n’est pas le même pour tous. Pourtant, il semble qu’il y ait un présupposé inhérent à toute culture : la nécessité du couple, généralement scellé par un contrat. Quel lien y a-t-il donc entre le fait de cimenter un groupe culturel et l’impossibilité pour ses membres de vivre leurs amours en électrons libres ? Il serait intéressant d’interroger l’idée même du mariage (ou du couple).

    1. Bonsoir Françoise,

      Merci de ton commentaire intéressant 😉

      Ce que je voulais dire ici c’est que les valeurs que l’on prête au couple ne représentent pas toute la même chose pour tout le monde. Cela est vrai aussi bien pour les couples mixtes que pour les autres. Dans un couple, nous n’avons pas la même échelle de valeurs. Par exemple, l’un pourra être très famille alors que l’autre pas du tout. La particularité d’un couple mixte, c’est que ces différences d’échelle de valeur peuvent être plus marquées, voire plus nombreuses.

      Le couple est inhérent à toutes les cultures puisqu’il assure la reproduction humaine. Le mariage en tant qu’institution a beaucoup été étudié en tant que moyen d’assurer la passation du patrimoine (les biens) par la lignée patriarcale ou matriarcale. Grâce au mariage, on sait de qui est l’héritier (au moins en théorie) et la passation est assurée. Le mariage et la cellule familiale qui va avec est destiné à conserver les valeurs de classes en même temps.

      Tu parles d’impossibilité de vivre ses amours en électrons libres. Je ne connais pas de société qui soit entièrement constituée d’amours de ce type (mais je n’ai pas la science infuse, peut-être existe-t-elle?). Cependant, il y a toujours eu possibilité de les vivre, à côté de l’institution du mariage. Il y a de nombreuses sociétés dans l’histoire et le monde qui ont fait cohabiter les couples mariés homme-femme avec des relations homosexuelles (généralement des hommes) par exemple. Et la fidélité de l’homme marié n’est pas un présupposé ancien en Occident. Cependant, la femme a toujours été plus contrôlée du fait qu’on n’a pu éviter pendant longtemps la reproduction non désirée. Or celle-ci menace la transmission du patrimoine, elle est donc à proscrire…

      Je crois que les amours électrons libres ont longtemps dérangé (dérangent encore?) parce qu’elles sortent des cadres sociaux acceptés et brouillent les pistes dans les systèmes patriarcaux. Elles menacent l’ordre établi finalement.

      Je ne sais pas si je réponds à ta question? Je ne suis pas sûre de l’avoir bien comprise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *