Pourquoi l’équipe de France de foot suscite le débat


La mixité en société / mardi, juillet 24th, 2018
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alors là, je crains de m’attaquer à du lourd…

Imaginez la scène.

équipe de France mondial 2018
Designed by Freepik

Nous sommes en 2018, la 21ème coupe du monde de football a lieu juste 20 ans après celle que nous avons gagnée, la seule que j’ai jamais regardée… Cela fait un an que mon mari me martèle que l’équipe de France va gagner. Son enthousiasme étant contagieux, je regarde une (bonne) partie des matchs avec lui. Nous en sommes à la finale. Le suspense est torride, les Croates sont durs à battre. Je n’ai presque plus d’ongles et mon mari tourne en rond dans la pièce.

Et là, je n’en crois pas mes oreilles. Je me dis que finalement, je ne dois pas si bien parler l’espagnol que ça. Il a pas dit ça quand même, le commentateur nica? Dis, Fede, qu’est-ce qu’il a dit là? Non? Si!!!! Il l’a dit.

Il a dit que les Bleus étaient Africains, que les joueurs de l’équipe de France étaient Africains. Je suis sciée.  Heureusement, la victoire me fait oublier cet épisode ridicule.

à la santé de l'équipe de France
Designed by Freepik

 

Ridicule? Peut-être, mais pas isolé…

Car ensuite, je découvre que la diversité de l’équipe de France de football fait débat à l’étranger. D’un côté, elle est louée par rien de moins que M. Barack Obama dans son discours en hommage à rien de moins que M. Nelson Mandela (pour ceux qui ont raté la vidéo, c’est ici: https://youtu.be/1Zun4ULVrPY). De l’autre, des médias l’utilisent pour dire que la victoire des Bleus est en fait la victoire de l’Afrique.

Forcément, plein de sportifs français (de football comme de basket) ont réitéré leur complète appartenance à la France et leur fierté de la représenter. Vous trouverez un excellent résumé de tout cela ici: https://youtu.be/z5SvcQ3J_mE

Mais vu l’ambiance autour de l’immigration en ce moment en France, à mon avis, ces débats ne sont pas agréables pour tout le monde… Alors moi, hein, je me lance aussi. Parce que quand même, quand on est en couple mixte, la diversité et l’immigration, ça nous concerne un peu, non?

Avant tout, quelques définitions

Pour parler avec calme, il faut d’abord se mettre d’accord sur quelques termes essentiels impliqués dans ces questionnements.

Au centre de tout ça, il y a la notion de diversité culturelle. Mais ce concept en contient plusieurs: la culture bien sûr, mais aussi le mode de cohabitation de cultures multiples au sein d’un même espace géographique. Et ce dernier point, c’est tout un débat. Dans lequel entre de plain-pied la question de l’immigration.

Or la question de l’immigration et de la diversité culturelle est au cœur du débat autour de l’équipe de France. La boucle est bouclée, encore une fois (j’aime bien ça moi, les boucles qui se bouclent 😉 )

Premier concept: la culture.

D’après mon bien-aimé Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie de Bonte-Izard, voici ce que l’on entend par le mot “culture” (définition de E.B. Taylor datant de 1871 mais toujours d’actualité):

Bonte Izard

 

La culture en général est un “ensemble complexe incluant les savoirs, les croyances, l’art, les mœurs, le droit, les coutumes, ainsi que toute disposition ou usage acquis par l’homme vivant en société.”

Ne nous arrêtons pas en si bonne voie. Car la culture n’est pas qu’un concept général. Elle est surtout l’ensemble des cultures qui ont existé et existent dans l’histoire. Qu’est-ce que ça veut dire concrètement?

D’abord, qu’il n’existe pas Une Culture valable pour tous, mais Des Cultures. Ces cultures appartiennent à des groupes ou des sous-groupes, qui ont en commun des valeurs et des normes qui leur sont propres. (Voir: la case)

Ensuite que ces cultures ne sont pas des entités closes, immuables, indépendantes les unes des autres. On peut les étudier, les décrire, faire des listes de leurs caractéristiques. Mais elles ne cessent d’évoluer.

Autant les cultures cherchent à se définir elles-mêmes par contraste avec les autres, autant elles sont en relation permanente et en évolution constante.

En somme, si je résume, tous les humains font partie d’une culture donnée qui a ses propres caractéristiques que l’on peut décrire à loisir. Mais ces cultures sont plus un processus qu’un fait établi, dans le sens où elles changent continuellement. On peut ainsi les décrire de façon assez précise mais cette description ne sera qu’une “photographie” à un moment donné. Ce qui n’empêche pas que certaines caractéristiques puissent être durables.

diversité
Designed by Freepik

Deuxième concept: l’immigration

Oui, je sais, je ne vais pas dans l’ordre. Mais avant de comprendre comment des cultures cohabitent, c’est bien de voir pourquoi elles sont amenées à cohabiter. Et c’est simple, c’est à cause des migrations.

Utilisons pour cela la première définition du dictionnaire Larousse, qui n’en a pas moins de 9 !

“Déplacement volontaire d’individus ou de populations d’un pays dans un autre ou d’une région dans une autre, pour des raisons économiques, politiques ou culturelles.”

On pourrait maintenant ajouter “pour des raisons climatiques”, mais passons.

Donc, les migrants, ce sont des gens qui changent volontairement de pays, pour tout un tas de bonnes raisons. Cela a toujours existé, sans quoi, tous les continents de ce monde ne seraient pas peuplés.

Et l’immigration alors, c’est quoi?

L’immigration, d’après l’encyclopédie Larousse, c’est l’ “entrée dans un pays d’étrangers venus s’y installer.”

Pour l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), voici ce que sont les immigrés et les descendants d’immigrés  (in Couples et familles, édition 2015 – Insee Références) :

Immigré : personne née étrangère à l’étranger et résidant en France.” (Né étrangère à l’étranger: cela semble redondant, mais on peut naître français à l’étranger, d’où la précision).

Un immigré, c’est donc un étranger qui vit en France. Peu importe qu’il soit devenu français entre temps, il garde à vie son statut d’immigré (naturalisé ou pas).

Descendant d’immigré : personne née en France d’au moins un parent immigré.”

Si les deux parents sont immigrés, le descendant d’immigré peut être français ou pas, puisqu’un choix lui est proposé (plus de détails sur le site du service public).

Ça vous rappelle quelqu’un cette définition? Eh oui, certains joueurs de notre fameuse équipe! Alors la question à ce stade du débat serait la suivante: si des joueurs sont descendants d’immigrés, de quelle culture sont-ils les représentants? Celle de la France ou celle de leur(s) parent(s) immigré(s)? Vaste problématique, on y répondra plus bas.

au secours
Designed by Asierromero / Freepik

 

 

Bon, là , vous avez peut-être la tête qui chauffe… Allez boire une bière, manger une glace, faire une petite pose de yoga, prendre une douche, je vous attends!

 

Ça y est, ça va mieux ? Alors on y retourne!

 

Au cœur du débat: la cohabitation des cultures.

Grâce au phénomène de migration, tous les pays du monde sont confrontés à la question de la cohabitation des cultures.

Souvent, quand la part des immigrés dans la population est anecdotique, la question de cette cohabitation ne se pose pas vraiment au niveau de la société, des médias. C’est par exemple le cas chez moi, au Nicaragua, où je fais partie des 0,67% d’immigrés du pays. On ne parle jamais de nous ! 🙂

La question de la cohabitation prend de la visibilité médiatique et politique plutôt dans le cadre de pays accueillant des migrants de longue date et dans une proportion plus importante. Ou bien lorsque le phénomène de migration dans un pays est soudain et massif (les deux cas n’étant pas incompatibles, comme on le voit en ce moment en Europe).

Prenons deux pays pour qui la population immigrée fait débat en ce moment: la France et les USA. En France, la population immigrée représente 9% de la population totale. Aux USA, qui accueillaient à eux seuls 1/5 des migrants en 2017, le dernier recensement de 2016 compte une population immigrée totale de 13,5%.

On est loin de l’invasion dont on nous menace régulièrement, mais c’est suffisamment conséquent pour soulever la question de la cohabitation.

Voyons comment les USA et la France conçoivent l’intégration des immigrés, car leurs approches sont autant de vécus différents. Et cela nous permettra de mieux appréhender le débat autour de l’équipe des Bleus.

Les USA , le melting-pot et le salad bowl

Le melting-pot et le salad bowl, certains les ont étudiés pour le bac, mais ce n’est peut-être plus très frais pour tout le monde. Alors les voici en quelques mots:

  • Melting-pot, ou creuset racial: datant du début du 19ème siècle, cette approche supposait que les cultures des immigrés fusionnaient (melt) avec celle présente sur le territoire pour en créer une nouvelle, propre aux USA. Belle idée. Mais on s’est rendu compte que ce n’était pas la réalité.
  • Salad bowl (saladier): en remplacement de l’idée inexacte de melting-pot, les géographes ont commencé à utiliser ce terme qui décrit le multi-culturalisme des USA. Pensez à une salade composée: plusieurs ingrédients aux caractéristiques uniques  (les cultures des immigrés) sont ajoutés à un ingrédient de base (la culture américaine WASP: anglo-saxons protestants blancs) pour former un plat nouveau aux saveurs combinées (la culture des USA dans sa diversité). On co-existe au sein du groupe américain (USA) mais on garde chacun notre culture de sous-groupe (WASP, Latinos, Noirs, Asiatiques…).

Aux USA, l’immigration a toujours été au centre de la société puisque le pays s’est fondé grâce à elle. Elle bénéficie à cet égard d’un attachement positif et d’une volonté de reconnaissance des cultures accueillies. Du moins, c’était globalement le cas jusqu’à l’arrivée d’une immigration massive, celles des Latino-américains.

Le pays s’est aussi fondé sur l’esclavage et la traite des Noirs. Il s’agit là encore d’une arrivée massive d’étrangers. Mais c’est une migration forcée, coercitive, et ses instigateurs n’ont jamais prétendu intégrer les cultures de leurs esclaves à la leur (rapport de domination oblige). Cette part de l’histoire, récente, est aujourd’hui encore très douloureuse pour les descendants de ces gens.

La France et l’assimilation

Attention, ce qui suit est un résumé de plusieurs siècles d’histoire. Comme pour les USA, c’est forcément incomplet.

La France aussi peut se targuer d’avoir un passé esclavagiste et colonialiste qui est encore douloureux et non-résolu. Ce passé joue très fortement sur le vécu de certains immigrés et descendants d’immigrés, mais nous en parlerons ailleurs car c’est une question à part entière.

Soulignons ici qu’à la différence des USA, la France ne s’est pas fondée sur l’immigration mais sur la centralisation progressive du pouvoir.

D’abord un amalgame de royaumes plus ou moins nombreux, la France a vu émerger petit à petit la notion d’Etat nation grâce à différents rois de France, dont le fameux Roi Soleil. Puis la politique centraliste de Napoléon Bonaparte a organisé définitivement l’administration française centralisée et achevé de mettre l’Etat au centre de la cohésion sociale (je sais, c’est extrêmement résumé).

La grande différence entre les USA et nous, finalement, c’est qu’au lieu de porter la diversité culturelle qui compose notre pays depuis toujours comme un étendard, Napoléon nous a convaincus qu’il fallait la rendre la plus discrète possible. En commençant par les langues et cultures régionales. Parce que dans un Etat nation centralisé, ça fait désordre, les entités régionales. Elles pourraient remettre en cause le pouvoir central. Et là, c’est la menace du chaos!

Notre truc à nous, donc, ce n’est pas le multi-culturalisme, mais l’assimilation. Voici ce qu’en dit Wikipedia:

“L’assimilation culturelle est une forme d’acculturation, au cours de laquelle un individu ou un groupe abandonne totalement sa culture d’origine pour adopter les valeurs d’un nouveau groupe.”

En clair: si tu veux vivre en France, oublie d’où tu viens. Rassurez-vous, ce n’est pas un projet réaliste.

Ce qui ne l’empêche pas d’être une politique d’Etat. Parce que c’est un Etat central, je me répète. Et un Etat nation central est plus à l’aise avec une politique assimilationniste:

“Dans le cas d’une politique d’intégration assimilationniste, les pouvoirs publics ne considèrent pas les communautés comme des entités légitimes (…).”

En effet, des entités culturelles diverses reconnues officiellement mettraient en danger à la fois la conception de l’Etat nation et celle de l’Etat central. Or c’est ce qui fonde la France actuelle. Donc la peur s’active à cette idée. On préfère l’assimilation. Et pas seulement l’Etat, mais le peuple aussi.

“Ainsi, en décembre 2012, 94 % des personnes interrogées jugent indispensable que les étrangers qui viennent vivre en France adoptent les habitudes de vie françaises2.

D’où le malaise ambiant chaque fois qu’on parle de diversité culturelle française.

Napoléon Bonaparte
Napoléon Bonaparte

Et l’équipe de France dans tout ça?

Ouf… On est presque en surchauffe là, non? Mais rassurez-vous, on y est presque!

  • Barack Obhama l’a vue à travers son prisme multi-culturaliste.
  • Différents journalistes noirs (du Burkina-Faso ou des USA) l’ont regardée via le passé colonialiste de notre pays.
  • Une majorité de Français la voient comme le symbole de l’assimilation.
  • Une autre part de notre société la voit sûrement comme le symbole de la “menace” portée par l’immigration.
Et je dis que oui, certains de nos joueurs portent en eux le passé et le présent migratoire de la France, et/ou son passé colonialiste. Et oui, ils sont le produit de la politique assimilationniste de la France. Donc oui, ils la représentent très bien, cette France multiple dont on a si peur
Mais ils représentent une plus grande richesse encore. Car non seulement ils sont issus de plusieurs cultures au sein de leur foyer d’origine, mais en plus, ils ont vécu dans divers pays du monde du fait de leur engagement dans les clubs. En eux cohabitent “des cadres culturels mutliples” (Bennett, ibid).
Et c’est le cas de plus en plus de gens en France. C’est le cas de mes enfants. Et ces joueurs-là les représentent complètement.

Merci d’avoir lu jusqu’au bout! Si le contenu de cet article vous a plu, n’hésitez pas à partager!


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    8
    Partages
  • 8
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *