Pourquoi un couple mixte?


La mixité en couple, Les 7 questions capitales de tout couple mixte / lundi, mars 18th, 2019
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lorsque l’on a pour conjoint quelqu’un d’une autre culture voire d’un autre milieu social, on est vite amené à se poser la question de notre identité. Ne serait-ce que parce que les autres, ceux “de chez nous”, nous demandent pourquoi nous sommes allés “nous mettre dans cette galère” ou bien nous reprochent “de ne pas trouver les hommes/femmes de chez nous assez bien”.

Bref. En couple mixte, nous sommes souvent sommés de justifier le choix de notre conjoint. Si personne n’a à exiger de nous pareille justification, il est cependant bon de se poser les questions suivantes: pourquoi ai-je choisi de me lancer dans un couple mixte? Qu’est-ce que cela indique sur ma personne? Qu’est-ce que cela implique pour mon couple?

Ces questions vont nous permettre de mieux nous préparer aux difficultés que peut poser la bi-culturalité. Voici quelques points, inspirés du livre de Jean-Christophe Bieselaar, pour guider cette réflexion (je vous le recommande!). Attention, ça décape!

viv(r)e le couple interculturel!

Les raisons secrètes de mon être

Il peut y avoir maintes explications “factuelles” du choix d’un conjoint étranger. Par exemple:

  • Votre métier vous amène à vivre à l’étranger et vous faites une rencontre sur place. Vous vous aimez, vous décidez de construire un couple ensemble.
  • Vous vivez en France, dans un quartier multiculturel, et vous rencontrez “l’amour de votre vie”, qui n’a pas la même religion et/ou pas la même couleur de peau et/ou origines culturelles.
  • Vos études sont en rapport avec l’interculturel (langues, anthropologie, sociologie, commerce international…). Vous partez en Erasmus, en stage, ou simplement en séjour linguistique. Et vous rencontrez votre “moitié d’orange”, comme disent les hispanophones 😉
  • Vous travaillez dans une entreprise mondialisée où les employés viennent d’un peu partout, et vous vivez un véritable “coup de foudre”.
  • Etc. (Laissez en commentaires votre cas! Le mien, c’est le 3).

On pourra dire: on s’est rencontré au bon moment, au bon endroit, c’est tout. Certes. Moi aussi je le croyais, et je pense que c’est en partie vrai. Mais c’est oublier notre moi secret… Et c’est là que J-C. Bieselaar vient nous pousser dans nos retranchements.

Est-ce que tu fuis quelque chose?

Cela semble un peu dur comme question, mais elle est nécessaire. On pourrait aussi la formuler ainsi: contre quoi te rebelles-tu? Qu’y a-t-il dans ton milieu d’origine ou dans ton enfance que tu ne veux pas reproduire?

Sur les forums, on lit beaucoup de témoignages de personnes venant d’un milieu religieux et/ou culturel fermé, dont les parents les somment d’épouser quelqu’un “de chez eux”, de leur religion. Et cela pousse ces personnes à faire exactement l’inverse et à chercher quelqu’un en-dehors de leur groupe culturel de référence. J’ai même lu des personnes qui avaient préféré faire un mariage arrangé hors communauté pour échapper à cette pression familiale.

On peut aussi ne pas être d’accord avec les valeurs prônées par notre famille, notre milieu, et chercher à vivre autre chose avec une personne exogène (hors de notre groupe culturel).

Ou bien également, le couple formé par nos parents ne nous a pas plu, et on cherche ailleurs d’autres façons de vivre le couple. On peut par exemple fuir le rapport déséquilibré homme-femme présent dans le couple de nos parents.

Si tu te reconnais dans ce portrait, je t’invite à te demander exactement ce que tu fuis et à en mesurer l’importance réelle pour toi. Est-ce quelque chose que tu veux couper complètement? Ou bien est-ce l’excès qui t’a fait fuir et tu risques d’avoir envie d’y retourner, à plus petite dose, plus tard? Comment le fait d’être avec ton conjoint te permet-il de ne plus vivre ce qui t’a tant gêné? Lui en as-tu parlé? Quelles sont les valeurs de ton conjoint qui t’ont le plus attirées?

Ces questions sont d’autant plus importantes dans le cas d’un couple interculturel et inter-religieux. Si tu as décidé de ne pas te marier dans ta religion, mais que celle-ci compte pour toi, il faut te demander jusqu’où tu seras capable de faire des compromis sur ce point. En particulier si tu veux des enfants. Et il vaut mieux se le demander avant d’en avoir!

Est-ce que tu vis un idéal?

Pour toi, l’amour est plus fort que tout. Les différences ne comptent pas, nous sommes tous humains, et l’amour vaincra tous les obstacles! A priori, je suis d’accord avec toi. Mais attention, ta position est à double tranchant.

D’abord, parce que si, les différences comptent. Pas au début, pendant la lune de miel. Mais après, si tu ne t’y prépares pas, tu risques d’avoir très mal et de devoir déclarer forfait. Surtout quand arrivent les naissances… Pour mieux comprendre pourquoi, je t’invite à lire cet article et surtout, à télécharger mes vidéos sur l’iceberg interculturel.

Si nous sommes tous unis par notre humanité, nos us et coutumes, attentes face à la vie, vision des rôles sociaux, de ce qu’est un couple, une famille, l’éducation, etc.; tout cela est façonné par notre culture. Et si tu gommes ces différences au nom d’un amour déconnecté de la réalité, tu vas tomber de haut.

Par ailleurs, il serait bon, si je comprends bien J-C. Bieselaar, que tu te demandes si tu n’es pas secrètement amoureux d’un ou plusieurs stéréotypes attachés à la culture de ton conjoint. En effet, si tu es trop dans l’idéal de l’amour, il est probable que tu soit aussi dans l’idéalisation de la culture de ton conjoint. Or, tu vis avec une personne, pas avec des idées.

Si tu te reconnais dans ce portrait, je t’invite à te poser et à contempler ton conjoint pour ce qu’il est: ce qui te plaît et ce qui t’agace chez lui. Et à te voir toi aussi tel que tu es. C’est ainsi que nous sommes dignes d’amour: comme nous sommes. Et en général, ce qui nous agace chez l’autre n’est que le reflet de ce que nous n’avons pas accepté en nous.

Est-ce que tu cherches le pouvoir?

Cette idée est sans doute celle qui m’a le plus choquée dans Viv(r)e le couple interculturel!. Puis, j’ai repensé à certains échanges que j’ai pu avoir sur les forums, et ce que je vois par chez moi, au Nicaragua. Et je me suis dit qu’en réalité, ces couples sont plus fréquents qu’on imagine. 🙁

De quoi s’agit-il? Il s’agit d’un couple mixte dont l’un des conjoints a un statut social plus élevé que l’autre. La relation en est biaisée à plusieurs niveaux.

D’abord, parce que les deux sont conscients qu’il y en a un “en haut” et un “en bas”. Celui qui est “en haut” de l’échelle sociale tire l’autre de son milieu d’origine, plus modeste et souvent très dur (matériellement et humainement). Cela introduit une hiérarchie au sein du couple. Celui “du bas” est redevable de cette ascension et fera parfois tout pour la “mériter”. Celui “du haut” pourra être surpris à user de l’argument “après tout ce que j’ai fait pour toi (et pour ta famille)” pour obtenir ce qu’il veut.

Souvent, il existe une dépendance financière de celui “du bas”. Non seulement dépendance de sa personne, mais également de sa famille élargie. Cela n’est pas anodin. C’est un élément qui pèse dans la conscience et qui pousse à rester dans ce genre de relation, même lorsqu’elle est toxique, pour le bien de la famille…

Tu l’auras compris, ces couples se construisent sur une relation déséquilibrée. Parfois, cela passe inaperçu. Celui “d’en haut” a simplement l’impression d’avoir permis à son conjoint de réaliser ses rêves, ou bien de lui avoir donné accès à une stabilité jusque-là inconnue de lui. Cela part “d’un bon sentiment”.

Mais parfois, le déséquilibre se transforme en domination, pathologique. J’ai lu des témoignages sur des couples dont le mari usait de sa femme comme d’une esclave (et cela dans toutes sortes de combinaisons de peaux et d’origines). On est alors dans la perversité et la recherche de pouvoir sur l’autre.

Tu connais peut-être des femmes qui cherchent à sortir de la pauvreté et de la violence des hommes de leur milieu. Elles se tournent alors volontiers vers des étrangers. Mais attention. Car elles peuvent tomber sur des personnes déséquilibrées en mal de pouvoir. Et si leurs conditions de vie matérielles s’en verront améliorées, il n’est pas dit qu’elles y gagneront en respect…

Si tu te reconnais dans ce portrait, je t’invite à te demander si le déséquilibre initial de ton couple a pu trouver une résolution (par exemple, si tu as permis à ton conjoint d’étudier, et maintenant, vous êtes à égalité financière et de formation; en somme, si l’amour est venu rééquilibrer tout ça!). Si tu es dans le cas d’une relation de domination, soit en tant que dominant, soit en tant que dominé, je t’invite à aller chercher de l’aider professionnelle pour arriver à sortir de cette relation toxique.

Est-ce que tu cherches à combler un vide?

Parfois, ton milieu d’origine, tes parents, n’ont pas su t’offrir ce dont tu avais besoin pour te sentir bien. Peut-être que tes relations manquaient de spontanéité, d’amour qui s’exprime haut et fort, d’une famille unie, ou de solidarité entre les gens. Ou bien, tu ne te sentais pas à ta place dans ta famille, ton milieu, tu te sentais différent. Parfois, tu viens toi-même d’un milieu social mixte et tu n’as pas trouvé tes racines (ni d’ici, ni de là-bas).

Comme tu t’es senti à part, différent, marginalisé (que ce soit effectivement le cas, ou pas), ta réaction a été de refuser d’obéir à ce milieu par qui tu ne t’es pas senti accepté, ou respecté. Alors, tu es allé voir plus loin, ailleurs, si tu trouvais des valeurs qui te convenaient mieux.

Si tu te retrouves dans ce portrait, je t’invite à réfléchir à ce qui t’a fait te sentir rejeté et à accepter que cela ait été, pour laisser partir cette souffrance et profiter mieux de ce que tu as trouvé depuis.

Est-ce que tu te sens citoyen du monde?

Les personnes ayant grandi à l’étranger (enfants d’expatriés par exemple) ou issues de mariages mixtes peuvent avoir vécu dans plusieurs cultures, en plus de celle(s) de leurs parents.

Ni tout à fait d’ici, ni tout à fait de là, leur ouverture au monde les rend candidats à la rencontre interculturelle en couple. Souvent, ces personnes recherchent quelqu’un ayant un vécu similaire au leur. Parfois, elles recherchent au contraire quelqu’un de leur culture d’origine dans laquelle elles n’ont pas grandi afin de faire pousser leurs racines.

Si tu te retrouves dans ce portrait, dis-nous dans les commentaires comment tu as vécu ton enfance interculturelle et comment ton couple mixte te permet de prolonger cette expérience.

En conclusion: connaître les raisons de notre choix de mixité nous aide à mieux la vivre.

Les cinq raisons principales de choisir un couple mixte que je viens de présenter peuvent parfois se mêler. On peut avoir connu une enfance à l’étranger et en même temps chercher à compenser des manques ou bien être un idéaliste romantique de l’amour. Pourquoi est-il intéressant de découvrir la ou les motivations cachées de notre couple mixte?

Simplement, parce que plus nous sommes conscients des enjeux affectifs de notre couple, plus notre relation sera vraie et durable. Prendre conscience qu’une partie de soi ne s’est pas senti acceptée dans son groupe d’origine est essentiel. Comme l’est se rendre compte qu’une partie de nous a besoin de se sentir supérieure à l’autre. Ou encore, que nos racines culturelles ne sont pas très affermies.

Connaître nos manques, nos creux est essentiel. Toutes ces motivations à vivre un couple mixte trouvent leur origine dans l’une ou l’autre blessure. Il faut en prendre soin. Et il est essentiel de réaliser que notre conjoint n’a pas la responsabilité de fermer ces blessures. Il nous accompagne dans notre chemin de vie, mais chacun est responsable de prendre soin de soi.

Se connaître en profondeur soi-même permet de s’accepter comme on est. Avec nos blessures, nos manques, aussi bien que nos forces et nos richesses. Ce n’est qu’en s’acceptant soi que l’on pourra accepter l’autre tel qu’il est. Que cet autre soit notre conjoint ou notre enfant.


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    21
    Partages
  • 21
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *