La religion, qu’est-ce que c’est?


La mixité en couple, La mixité en société, Réfléchir sur soi pour grandir ensemble / dimanche, août 26th, 2018
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En ce moment je suis en train de lire le livre d’Isabelle Lévy, Vivre en Couple Mixte, quand les religions s’emmêlent. Je voudrais vous offrir un article à ce sujet, car je sais combien il peut être important et délicat. N’ayant pas de souci autour de cette problématique chez moi, je m’instruis sur la situation des autres 😉 En commençant cet ouvrage,  je me suis dit qu’il serait intéressant de se pencher de plus près sur ce qu’est une religion.

En effet, nous avons tous en tête le nom des grandes religions du Livre et de quelques autres plus orientales. Nous connaissons certains rituels ou normes qui leur sont liés. Mais nous sommes-nous posé la question de la nature de la religion? De son rôle? C’est ce qu’a fait l’anthropologie, et cela nous aide à comprendre les enjeux de la question. Petit tour anthropologique sur ce thème.

questionnement

La religion dans les strates de la culture

Avant de nous pencher sur ce que l’anthropologie a à nous offrir en la matière, il est bon de se rappeler la place qu’a la religion dans les strates culturelles qui nous composent en tant qu’individus. En effet, elles composent également les anthropologues qui étudient les religions 😉

Pour ceux qui ne les ont pas encore écoutées, je vous invite à télécharger mes vidéos bonus sur l’iceberg culturel, car j’y explique en détail la notion de strates culturelles.

iceberg
Designed by vvstudio / Freepik

La religion appartient aux deux strates les plus enfouies. Cela signifie que d’une part, elle fait partie des présupposés que nous croyons universels (couche 3) et d’autre part, qu’elle façonne les valeurs constituantes de notre identité et difficiles à négocier (couche 2).

L’étude des religions en a été marquée. En effet, pendant très longtemps, on n’a étudié la religion que dans une perspective théologique, c’est-à-dire pour expliquer le monde grâce à elle. On n’a commencé à étudier la religion en tant que phénomène humain (historique et social) qu’à partir de la fin du 19ème siècle. Au début, les recherches ont été marquées par les présupposés occidentaux judéo-chrétiens de ceux qui les menaient.

Ainsi, on est longtemps parti de trois principes que l’on croyait universels et qui se sont révélés ne pas l’être tout à fait:

  • Il y aurait existé toujours et partout une distinction entre le sacré et le profane. En réalité, ceci est devenu de moins en moins net au fur et à mesure des études de terrain.
  • Le concept d’âme serait universel. En fait, si tous les humains reconnaissent l’existence de composantes non matérielles de la personne, tous ne lui donnent pas le même rôle, la même composition ni la même destinée.
  • Les religions “du Livre” (judaïsme, christianisme, islam) seraient le modèle, et les religions polythéistes l’exception. Cela est nettement un biais culturel de la part des chercheurs! On en est revenu.

Mais alors, me direz-vous, si l’étude des religions peut être biaisée, pourquoi nous pencher dessus? Parce que d’une part, toute science est en partie subjective (n’en déplaise aux sciences “dures”), ce qui ne lui enlève pas le mérite de comprendre certains principes. Et l’anthropologie des religions a pris conscience de ses biais et a évolué autant que faire se peut. D’autre part, parce que l’approche anthropologique de la religion nous permet de la mettre en perspective. Cela peut nous donner un recul bienvenu.

La religion comme “système religieux”

C’est Marcel Mauss qui envisage les phénomènes religieux comme des systèmes organisés autour de trois dimensions:

  • Les “représentations”: mythes, croyances, dogmes.
  • Les “pratiques”: actes et paroles. Cela inclut les lois et les rites à suivre.
  • Les “organisations”: églises, ordres, groupes d’affiliation, collèges et hiérarchies de prêtres, etc.

Discours religieux et explication du monde

Les “représentations” constituent ce que l’on appelle le “discours religieux“. Ce dernier revêt une importance fondamentale, qui explique l’omniprésence de la religion.

En effet, le discours religieux a pour rôle d’expliquer le monde. La religion relève d’une exigence d’ordre et de sens. Comme les sciences “dures” partent du “postulat fondamental que la nature est ordonnée” (C.G. Simpson), la religion a pour rôle de donner sens et ordre à la nature.

Ce point-là est crucial. Car c’est parce que la religion explique le monde qui nous entoure qu’elle revêt une telle importance dans la vie des croyants. Si l’on a tant à coeur de respecter ses préconisations et d’adhérer à son discours, c’est parce qu’il a pour vocation de tout expliquer. Il donne sens même à la mort.

De nombreux athées pensent que la religion n’existe que pour rassurer les croyants sur la destinée de leur âme après la mort. Mais c’est là une vision bien réductrice. Si la religion est si ancrée, c’est qu’elle satisfait au besoin naturel du cerveau humain de distinguer, classer et ordonner. Elle établit des normes qui nous permettent de donner sens à la vie comme à la mort.

Et c’est parce que l’humain a trouvé d’autres moyens d’expliquer le monde (les sciences “dures”) que l’Occident connaît ce qu’il appelle une “sécularisation”, ou recul de la religion (ce point-là appellerait à tout un article car il est complexe).

Espace religieux et ordonnancement du monde

En plus de satisfaire notre besoin de sens, la religion, à travers ses “pratiques” et ses “organisations””, qui constituent “l’espace religieux”, ordonne les rapports sociaux. Elle le fait à travers ses commandements et ses lois, eux-mêmes issus de l’explication du monde donnée par son discours.

Comme le paternalisme ordonne la transmission des valeurs morales et physiques (voir plus de détails ici), la religion ordonne les rapports sociaux jusque dans les moindres détails.

Et ce que cela a de remarquable, c’est que “le lieu du sens est hors de l’homme” (p622 Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Bonte-Izard). Qu’est-ce que cela signifie? Tout simplement que l’humain règle ses rapports sociaux en fonction d’un discours issu d’une source qu’il identifie comme non humaine. Et qui de ce fait, a une autorité absolue.

C’est l’autre raison pour laquelle la religion a tant de force. Non seulement parce qu’elle explique le monde et l’ordonne jusque dans les actes quotidiens. Mais aussi et surtout parce que l’origine de cette explication et de cet ordonnancement est de nature hors du monde, hors l’humain, et revêt de ce fait un caractère sacré et intouchable. On ne peut pas le remettre en cause facilement.

Quelles implications pour les couples mixtes?

Nous verrons plus en détail les implications pratiques de la religion dans les couples mixtes lorsque j’aurai fini la lecture de I. Lévy et que je vous en ferai un compte-rendu. Cependant, j’aimerais faire ici quelques remarques.

D’abord, il n’est pas question pour moi de débattre du bien-fondé des religions, de l’existence ou non d’une transcendance, d’une âme ou tout autre concept religieux. Chacun a son opinion sur la question en fonction de son vécu.

Simplement, en regardant la religion d’un point de vue anthropologique, je voulais mettre en valeur les deux rôles fondamentaux qu’elle a joué et joue encore dans les sociétés humaines. Être capable d’expliquer le monde et proposer un fonctionnement social en adéquation, c’est simplement ENORME! Je n’ai même plus de mots pour le décrire!

diversité systèmes religieux
Designed by macrovector / Freepik

Et la mixité dans tout ça?

En couple mixte, il est important de connaître le système religieux de référence de notre conjoint. Qu’il soit croyant/pratiquant lui-même ou non, la société dont il est issu aura forcément été marquée par l’un ou l’autre des systèmes religieux du monde. Et indirectement, notre conjoint aura des présupposés universaux ancrés en lui par cette conception du monde.

Il convient ensuite de connaître l’attachement de la personne à ce système religieux de référence. Plus il y a adhésion de la personne au discours religieux, plus ses universaux seront forts. Mieux vaut être au courant car négocier là-dessus relève de la mission impossible.

En effet, la religion a un rôle fondateur non seulement dans les sociétés mais aussi dans les individus qui y adhèrent. On ne peut donc pas la considérer comme un “plus”, une “petite différence”. Non.

Il faut se poser la question de la religion quand on est en couple mixte. Se la poser à soi-même d’abord.

Sur quoi se base ma vision du monde? Quelle importance est-ce que j’attache à la religion en tant qu’explication du monde, et en tant qu’ensemble de pratiques et de normes? Parfois, on est pris dans les pratiques religieuses de notre famille, mais on n’adhère pas vraiment au discours religieux qu’il y a derrière. Ou alors, on tient au discours religieux sans avoir besoin d’en respecter les pratiques. Parfois, les deux revêtent une importance fondamentale. Ou bien il n’existe pas de système religieux dans la famille (athéisme). Dans tous les cas, j’ai besoin d’en prendre conscience pour comprendre ma réaction face à une conception différente.

Une autre question importante selon moi au sein d’un couple mixte: suis-je issu(e) d’une société sécularisée ou au contraire régie par des principes religieux? Les rapports sociaux ne sont pas du tout les mêmes dans une société sécularisée et une société religieuse. La pression sociale et familiale sur le couple ne sera pas la même. Il est important d’en prendre conscience.

Si l’un d’entre nous vient d’une société ou d’une famille religieuse, est-ce quelque chose qu’il fuit ou bien quelque chose auquel il adhère? Car la pression sociale sera vécue différemment dans un cas ou dans l’autre. Soit elle viendra de l’entourage (fuite), soit elle viendra de l’un des membres du couple (adhésion). Et cela peut être difficile à vivre.

Conclusion

La religion est un thème passionnant tout autant que délicat. J’espère avoir pu vous montrer l’importance qu’elle revêt dans notre monde, en nous tous, et par ricochet, dans notre couple. Souvent, en Occident, nous avons tendance à l’oublier.

Dites-moi dans les commentaires quelles sont les difficultés ou au contraire les apports qu’a eu la religion pour votre couple mixte!


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *