A propos

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonjour et bienvenue sur le site des couples mixtes épanouis!

Si vous êtes arrivé(e) ici, c’est probablement que vous êtes en couple avec quelqu’un d’une autre culture, d’un autre pays, d’une autre religion que vous, ou même d’un autre milieu social que vous (ou tout ça à la fois !), et que ça n’est pas tous les jours évident… Vous sentez bien que votre moitié, vous l’aimez avec tout ce qu’il/elle a de différent, mais quand même, il y a vraiment des moments où c’est dur. Surtout quand la belle-famille s’en mêle. Dans ces moments-là, vous vous demandez si vous avez fait le bon choix. Si vous n’auriez pas dû écouter les “gens-qui-nous-veulent-du-bien-malgré-nous”. C’est vrai ça, ça a l’air tellement plus simple chez les autres, ceux qui ne sont pas considérés comme “mixtes” (on en reparlera!).

Rassurez-vous, je vous comprends, je suis passée par là.

Je suis Française et depuis 11 ans je suis en couple avec un Nicaraguayen d’origine guatémaltèque. J’ai quitté mon pays natal pour le suivre chez lui depuis bientôt 10 ans. (Ces chiffres-là sont de 2018, alors si vous me lisez plus tard, faites le calcul !). Nous avons 3 petits garçons (adorables, évidemment ;-). Il parle espagnol et moi français (enfin, tout le monde les deux langues). Il n’a pas de religion, moi j’en ai une (oui oui, c’est le monde à l’envers, je sais). Il est plutôt foncé, et moi plutôt peau de rousse. Il a 2 frères et moi 2 sœurs. Il est plutôt chiens et moi plutôt chats (non, je blague, il déteste tout ce qui a des poils).
Vous voyez, j’aurais beaucoup d’anecdotes à raconter en matière de diversité quotidienne ! Et en matière d’adaptabilité aussi !

C’est d’ailleurs pour ça que j’ai décidé de créer ce blog. On m’a souvent dit que mon parcours n’était pas commun, que j’avais du courage de sortir des chemins tout tracés, de me marier à un étranger, de m’exiler (surtout que le Nicaragua, c’est pas la porte à côté), que je faisais preuve d’adaptabilité… Et je me suis toujours demandé pourquoi on me disait tout ça ! Parce que ça m’était naturel et je pensais que ça l’était pour tout le monde. Ou du moins, c’est ce que j’ai longtemps cru.

Permettez-moi de remonter un peu en arrière et de vous raconter, parce que ça explique les origines de ce blog.

Je n’ai pas attendu Federico pour m’intéresser à l’Autre et à la diversité du monde. En fait, depuis toujours, l’Humain dans toutes ses dimensions, c’est ma passion. Essayer de comprendre les autres, ça me donne des ailes. Avoir accès à un ailleurs qui brille des feux de la nouveauté, j’adore.

Alors j’ai commencé par étudier. J’ai fait des études de langues étrangères, puis d’ethnologie, puis de coopération internationale (spécialité politique, pour mieux comprendre les inégalités humaines de cette planète). En même temps, j’ai travaillé sur la rencontre interculturelle au sein de plusieurs associations et même, j’ai eu le privilège de participer à une rencontre européenne sur ce thème. Je me suis aussi intéressée aux religions, celles du Livre mais pas que.
Et j’ai bien sûr voyagé.

Voyager pour moi, ce n’est pas partir voir de belles pierres ou de belles plages à l’autre bout du monde. Voyager pour moi, c’est partager une autre vision du monde avec les gens du coin. C’est-à-dire, vivre avec eux leur autre façon d’être au monde. Si en plus, je vois de belles choses et que je comprends d’où elles viennent et comment elles se situent dans l’histoire/l’économie/la culture du pays, alors là, je me sens chez moi et j’apprécie vraiment.
J’ai bougé comme ça en Europe, au Burkina-Faso et dans de nombreux pays d’Amérique latine (oui, c’est mon continent favori). Des petits projets modestes, qui avaient pour but d’apporter quelque chose d’intéressant à mes hôtes en échange de leur accueil, et de leur volonté de me faire partager un bout de leur quotidien. J’ai aussi bénéficié de la générosité de personnes extraordinaires.

Et puis, je me suis mise à travailler pour de vrai (je vous épargne les petits boulots d’étudiante). Je voulais faire ma part de colibri (hommage à Pierre Rabhi) alors j’ai travaillé dans une super ONG pendant 5 ans. J’ai continué à alimenter ma passion pour l’être humain : le lointain mais aussi le proche, le Français près de chez moi. La rencontre entre les deux. Et j’ai adoré.

Après, grâce aux collègues de l’ONG, qui ne l’ont pas fait exprès, j’ai rencontré Federico. Moi qui avais toujours juré mes grands dieux que jamais je ne sortirais avec un Latino (peut-être qu’un jour, je te raconterai mon préjugé), me voilà qui me marie avec… Et en plus je le suis au loin ! La boucle est bouclée, l’interculturel s’est immiscé jusque dans mon lit, a envahi toute ma vie, et c’est tant mieux !

Quand je regarde en arrière du haut de mes 37 ans, c’est vraiment le fil rouge de mon existence. J’ai commis des erreurs de débutant (en voyage et en couple), j’ai manqué de tact, je n’ai pas toujours su comment réagir… Mais j’ai toujours cherché à dépasser le conflit, à voir l’unité au-delà de la différence. Et je peux mettre tout ça au présent !

Aujourd’hui, quand je lis que l’INED compte 14,7 % de mariages mixtes par an (et on ne parle que des couples franco-étrangers), je trouve ça impressionnant. Je ne pensais pas que nous étions autant à relever le défi ! Et comme pour moi, la différence est une richesse, j’ai envie de partager ce que je sais et ce que je vis, pour que d’autres puissent la vivre ainsi.

Parce que le couple peut être une voie de développement personnel puissante, et le couple mixte encore plus. Mais c’est plus facile avec des outils adaptés. Et c’est ce que je compte apporter, petit à petit.

Je ne suis pas thérapeute de couple, et ce n’est pas cette approche que vous trouverez sur ce site. Mais je vous donnerai plein de clés pour vous sentir toujours plus à l’aise avec la diversité, au cœur de votre relation et au-delà.

Alors, si vous êtes prêt(e) à accorder les différences au sein de votre couple, suivez-moi! Et n’oubliez pas, la bienveillance est de mise : on n’avance pas tous au même rythme !


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •